Nous vous annonçons officiellement, la ré-ouverture d'Eviala !

N'hésitez pas à vous inscrire ou refaire une fiche de présentation.
Pleins de personnages sont disponibles et un nouveau contexte est mit en place.
N'hésitez pas à allez le lire.

Partagez | 
 

 Hénoutsen, Fille de Rê.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 86
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Hénoutsen, Fille de Rê.   Lun 31 Jan 2011 - 18:05




Feat. SESHEN → © GREG PANOVICH
I. Identité du Personnage

    ♣ Nom & prénom : Hénoutsen.
    ♣ Âge : Incertain, entre 4500 et 5000 ans.
    ♣ Date de naissance : Durant l'antiquité égyptienne.
    ♣ Pouvoirs : Hénoutsen est immortelle, seul un dieu pourrait la tuer... En outre, en tant que fille de Rê, elle peut contrôler le rayonnement solaire, ce qui la rend capable de cracher des rayons d'énergie concentrés, voire de les projeter à l'aide de ses mains. À noter que lorsqu'elle fait appel à ces pouvoirs, ses yeux s'illuminent d'une forte lumière blanche.

    ♣ Race : [ ] Divinités [ ] Empire Jupitérien [ ] Royaume Olympien [ X ] Pharaonat du Noun [ ] Vagabonds [ ] Surfaciens

II. Votre Personnage
♣ Caractère & Physique : Son apparence physique n'est pas sans rappeler celle du dieu Anubis, et pour cause... Sa mère était l'une de ses prétresses ! Hénoutsen a ainsi l'apparence d'une femme chacale, dont la grande beauté n'est que l'héritage des formes sublimes de sa génitrice mortelle. Son corps est recouvert d'une courte fourrure couleur de couleur bistre, ses cheveux sont noirs comme la plus sombre des nuits et elle a de superbes yeux verts, entourés d'une fourrure décolorée pour former ce "maquillage" que tout le monde lui connaît. Bien que reine, les seuls bijoux qu'elle porte se résument à son collier, ainsi qu'aux anneaux d'or à l'aide desquels elle attache ses longs cheveux de jais. Du reste, elle porte de courts vêtements de coton blanc, ayant horreur de trop cacher ce corps sublime qui est le sien. L'image suivante la représente dans toute sa splendeur, à l'intérieur de son magnifique palais à Atoum-Akbar :
Spoiler:
 

Sur le plan moral, Hénoutsen est une femme d'une grande bonté, mais qui a le défaut de s'énerver facilement... Ce qui la rend assez dangereuse car, lorsqu'elle est en colère, elle ne maîtrise plus complètement ses pouvoirs et nombre des gens avec qui elle s'est disputée ont ainsi failli se faire désintégrer parce que, d'un geste de la main trop violent, elle leur aura balancé par mégarde une rafale d'énergie solaire !
Enfin, sur le plan sexuel, sans pour autant être une nymphomane au sens strict du terme, Hénoutsen a des appétits qui pourraient être ceux d'un mâle. La preuve étant que, alors que les cinq premiers souverains du pharaonat étaient mariés à une femme seule (bien que le dernier d'entre eux fut un infidèle notoire), Hénoutsen, en revanche, possède... Un harem ! Bien sûr, ce dernier est composé essentiellement de mâles sublimes, aussi bien humains que créatures mythologiques.


• • •
♣ Histoire : L'histoire d'Hénoutsen débuta il y a bien longtemps, sur les terres brûlantes du royaume d'Egypte. Avant même la création d'Eviala, avant même les balbutiements de la civilisation grecque, les égyptiens faisaient déjà partie des grands peuples de l'Antiquité... Leur talent architectural était légendaire et nous est encore visible près de cinq mille ans plus tard. C'est dans l'un de ces édifices mythiques que débuta l'histoire de la demi-déesse fille de Rê, c'est dans le temple d'Anubis de Cynopolis que l'existence de cette enfant bâtarde fut dévoilée... Un soir, alors que le dieu des morts se reposait dans ce sanctuaire qui lui était dédié, l'une de ses prétresses entra, en pleurs et paniquée. Enceinte, elle avait quitté le temple pour mettre son enfant au monde et la voilà qui revenait, les larmes aux yeux et le couffin dans les bras. Lorsqu'Anubis lui demanda quelle était la raison d'un tel chagrin chez une femme qui venait de donner la vie, elle souleva un pan du drap qui recouvrait le bébé afin de le montrer au dieu... Autant le dire, Anubis ressentit un choc en voyant la tête de l'enfant ! C'était en effet son portrait craché ! L'homme-chacal en était d'autant plus surpris qu'il n'avait jamais eu de rapport charnel avec cette prétresse, ce qui rendait cette naissance d'autant plus mystérieuse. Mais la jeune mère eut vite fait de s'expliquer... En effet, cette enfant n'était pas la descendante d'Anubis, mais de Rê. La prêtresse aurait en effet succombé au charme du dieu-Soleil lors de l'un de ses passages sur terre, elle aurait ensuite passé une nuit de passion torride avec lui et, le lendemain, elle attendait son enfant. Le fait qu'elle fut prêtresse d'Anubis devait certainement expliquer l'apparence physique de cette petite fille, qui fut baptisée "Hénoutsen" en l'honneur de la ville où elle était née*.

Lorsque Rê apprit que cette somptueuse mortelle qu'il avait "honorée" neuf mois auparavant en avait conçu un enfant, il se rendit immédiatement au temple de Cynopolis pour voir sa descendante. Ému, il décida de l'emmener avec lui dans le Royaume des Cieux, pour l'élever dignement. Anubis, qui devint en toute logique le parrain de cette enfant, venait fréquemment lui rendre visite et, plus les années passaient, plus il était surpris de voir à quel point elle avait hérité des formes magnifiques de sa mère... À tel point qu'il en vint même à éprouver du désir pour cette jeune femme qui lui ressemblait tant !
Et la demi-déesse n'était d'ailleurs, elle aussi, pas insensible à son parrain... Grand et fort, le gardien de la Nécropole avait tout pour lui plaire, sans compter le fait qu'ils étaient tous deux de la même race, ce qui rajoutait à l'attrait qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre... Et, le soir de ses vingt ans, Hénoutsen céda aux charmes du dieu-Chacal. Personne ne le sut jamais et ils en ressentirent tous deux une certaine honte par la suite, ce qui ne les empêcha néanmoins pas de recommencer à de multiples reprises au cours des années, puis des siècles qui suivirent... Car en tant que demi-déesse, Hénoutsen était immortelle et restait éternellement jeune.
Son rôle au Royaume des Cieux resta cependant plus qu'anecdotique durant le temps qui précéda la création d'Eviala; son existence fut en effet cachée aux mortels, sa mère étant la seule humaine à avoir pu la côtoyer. Aucun texte ancien ne mentionne son nom, aucun temple ne lui fut dédié... Mais les choses changèrent après les trois premiers siècles d'existence de l'île perdue d'Eviala; la vérité, c'est que le premier souverain égyptien de l'île était un mortel, qui resta célèbre à jamais sous le nom de Ménèsis l'Architecte, nommé ainsi car il fut celui qui supervisa la création des premiers édifices d'Eviala. Ses descendants formèrent la première dynastie pharaonique du Noun, et quatre autres rois mortels lui succédèrent : son fils, Ménèsis II (dit "le Brave"), qui fut le premier mortel du Pharaonat à affronter les démons qui seraient plus tard enfermés dans le Tartare. À Ménèsis II succéda Imhotep "le Sage", qui céda à sa mort le trône du Pharaonat à son frère Séthi "le Juste". Ces quatre premiers rois étaient des hommes admirables, qui furent pour le Pharaonat des monarques exemplaires. Hélas... À la mort de Séthi, ce fut, bien entendu, son fils qui lui succéda... Et le fils de Séthi le Juste restera, lui, connu pour être celui qui faillit mener à sa ruine la civilisation égyptienne d'Eviala : Cialis "le Débauché". Ce dernier pharaon fut aussi immoral et mauvais roi que ses prédécesseurs furent droits et vertueux. Tout son règne durant, il multiplia les frasques, s'acoquinant avec les pires voyous dans le seul but d'obtenir les plus belles esclaves et les plus grandes richesses des deux autres royaumes de l'Île. Il affama aussi son peuple en montant les taxes à un niveau invivable pour ses sujets : même certains de ses serviteurs au palais crevaient la faim. Mais il se fit également remarquer pour ses innombrables conquêtes : sa femme étant stérile, il eut toute une foule d'enfants illégitimes avec ses maîtresses qui, dit-on, étaient "aussi nombreuses que les étoiles dans le ciel". Ainsi, personne ne s'étonna que, au terme de sa dixième année de règne, ce roi indigne se fasse assassiner par l'un de ses propres gardes du corps. Mais au lieu d'être considéré comme un ignoble meurtrier régicide, cet homme fut au contraire vu comme le héros du peuple et gracié lors de son procès, échappant ainsi à la peine de mort.
Mais le décès soudain de Cialis le Débauché posait néanmoins un gros problème : en effet, sa femme étant stérile, les seuls descendants qu'il avait étaient ceux qu'il avait conçus avec ses amantes. Et il était hors de question de confier les rênes du Pharaonat à un bâtard né d'une union adultère ! Les dieux se concertèrent alors pour tenter de trouver une solution... Aucun d'entre eux ne pouvait coiffer la couronne du pays, car leurs nouvelles obligations au-dessus de l'Île leur interdisait d'en diriger l'une des trois patries. Rê proposa alors à ses semblables de nommer sa fille, Hénoutsen, à la tête du Pharaonat. Cette décision surprit, car la filleule d'Anubis était en effet elle-même une enfant illégitime... Mais d'un autre côté, sa mère était une prétresse et, surtout, son père était un dieu, LE dieu-Soleil en personne ! Et bien que n'ayant jamais régné, Hénoutsen était cependant loin d'être une idiote et était bien connue, à Outremonde, pour sa générosité et pour son sens de la justice. Lorsque son père lui fit part de son projet de faire d'elle la première souveraine du Pharaonat, elle accepta, enthousiaste : jamais encore elle n'avait pu faire quelque chose de sa vie qui soit vraiment utile et la perspective de pouvoir ainsi diriger un pays à moitié ruiné pour le remettre en état et rendre le sourire à ses habitants était donc pour elle un alléchant défi. Et c'est ainsi que, entourée d'un rayon de soleil, elle apparut au peuple égyptien d'Eviala sur les marches du Palais Royal. Lorsque ses futurs sujets comprirent qui elle était, ils s'agenouillèrent devant elle et l'on raconte que le pays tout entier se prosterna ainsi, les habitants de derrière prenant exemple sur ceux de devant dès que ces derniers courbaient l'échine. Ainsi fut intronisée Hénoutsen Première du Noun, fille de Rê, la première femme, mais aussi la première Immortelle à diriger le Pharaonat.

C'était il y a plus de 1500 ans... Et depuis quinze siècles, la fille de Rê dirige son royaume aux sables brûlants avec le dévouement et le brio de ses quatre plus anciens prédécesseurs, sous l'œil bienveillant de son père... Son œil rond à l'aveuglant éclat, suspendu là-haut dans le ciel.

______________________
* HÉNOUTSEN : Nom porté par l'épouse du pharaon Khéops, "Hénoutsen" peut également être vu comme un jeu de mots sur "Henou", nom égyptien de la ville de Cynopolis (la « cité des chiens »), qui fut le plus haut lieu de culte des dieux funéraires (dont Anubis) dans l'Antiquité égyptienne.



III. Derrière le Personnage
♣ Pseudo / Nom : Appelez-moi juste "Hénou".
♣ Comment tu trouves le forum ? Très beau... Normal, c'est en partie moi qui l'ai retapé !
♣ Comment es-tu arrivé ici ? Je suis un vieux de la vieille.
♣ Pourras-tu venir souvent ? Ça dépendra des jours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hénoutsen, Fille de Rê.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...
» Les relations père/fille
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eviala :: Corbeille :: A la benne ! :: Présentations-
Sauter vers: