Nous vous annonçons officiellement, la ré-ouverture d'Eviala !

N'hésitez pas à vous inscrire ou refaire une fiche de présentation.
Pleins de personnages sont disponibles et un nouveau contexte est mit en place.
N'hésitez pas à allez le lire.

Partagez | 
 

 L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité



Invité




MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Dim 23 Mai 2010 - 19:13

"combien de temps? je ne sais plus exactement, je dirai environ un centaine année, le dernier a avoir partagé ma couche était un gladiateur, enfin quand je parle de ma couche, je veut dire qu'il a était le seul a faire l'amour a la forgeronne, c'est pour ça d'ailleurs qu'il est partie"

Athénae sourit, elle avait fait en sorte que ce gladiateur s'éloigne de la forgeronne car si elle retrouver le gout du sexe alors c'était la partie sombre qui n'avait plus lieu d'être et elle ne voulait certainement pas mourir de sitôt

"pourquoi cette question petit loup?"
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Dim 23 Mai 2010 - 19:40

La succube parut réfléchir un instant, se tenant le menton entre le pouce et l'index en signe de réflexion tandis qu'elle fouillait ses souvenirs.

- Combien de temps ? Je ne sais plus exactement, je dirais environ une centaine d'années, le dernier à avoir partagé ma couche était un gladiateur... Enfin quand je parle de ma couche, je veux dire qu'il a été le seul à faire l'amour a la forgeronne, c'est pour ça d'ailleurs qu'il est parti !

Athénae se tut et m'adressa un sourire interrogateur.

- Pourquoi cette question, petit loup ? me demanda-t-elle ensuite.
- Parce que j'aimerais dans ce cas vous poser une question, Athénae... Mais cette question est destinée à votre face paisible, à l'artisanne aux yeux d'or qui a réparé mon kopis, répondis-je calmement.

La succube pencha la tête de côté. Ma requête sembla lui paraître curieuse. J'avais mes raisons de vouloir parler à "l'autre" Athénae, j'espérais seulement que sa facette sombre n'y verrait pas d'objection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Dim 23 Mai 2010 - 19:47

"je croit que tu va pouvoir lui parler cette petit peureuse c'est calmer"

Athénae ferma les yeux pour les rouvrir de couleurs or, ce n'était pas souvent qu'elle alterner autant ces deux personnalité ce qui commençait a lui faire mal au crâne mais c'était supportable et la question que voulait lui poser le loup l'intriguer au plus au point mais de toute façon la partie sombre entendrai aussi la question.

"alors que veut tu Lukos qui nécessite que sa soit moi qui réponde a cette interrogation plutôt que l'autre?
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Dim 23 Mai 2010 - 23:11

Lorsque le contrôle du corps d'Athénae passa de la succube à l'honnête artisanne, je ne pus m'empêcher de ressentir un certain soulagement... Sa facette obscure me mettait mal à l'aise et je n'étais pas mécontent d'avoir à nouveau en face de moi la paisible forgeronne aux yeux d'or.

- Alors... Que veux-tu, Lukos, qui nécessite que ça soit moi qui réponde a cette interrogation plutôt que l'autre ? me demanda-t-elle.

Je respirai profondément.. Ce que je m'apprêtais à lui proposer allait peut-être la faire réagir d'une façon un peu aggressive... Peut-être même que si Athénae-la-forgeronne était aussi pure que ce que prétendait Athénae-la-succube, elle me gifflerait pour mon audace, mais je me décidai néanmoins à lui faire mon offre. Après tout, je n'avais rien à perdre et si elle acceptait, alors on serait gagnant tous les deux.

- Ne prenez pas ce que je vais vous dire pour les propos d'un obsédé sexuel, Athénae, car il n'en est rien. Si je voulais vous parler, c'est parce que j'ai une proposition à vous faire... Un siècle, c'est long, terriblement long. Et personnellement, la perspective d'une seule année d'abstinence me paraît horrible, alors je n'imagine que trop bien l'ennui que cette quête du partenaire idéal et méritant a pu susciter en vous. Vous avez attendu si longtemps que vous en avez retrouvé votre sexe de vierge, même l'hymen s'était reconstitué, je l'ai senti craquer en vous pénétrant... En bref, ce que je veux dire, c'est que je ne devrai reprendre le chemin d'Eratos que dans trois jours. Pour l'heure, je suis toujours ici et, si j'ai offert du plaisir à votre facette sombre, je...

Je m'interrompis, cherchant mes mots. La forgeronne ne disait rien, elle devait probablement attendre que j'aie terminé. Mais même si elle avait certainement compris où je voulais en venir, elle ne montrait absolument rien de sa pensée. Je repris la parole.

- ...Je me suis dit que, vu que je vous ai prouvé ma valeur, peut-être que vous accepteriez de me laisser une deuxième fois partager votre couche. Mais cette fois-ci, ce serait vous, et non votre facette sombre, qui seriez consciente pendant l'acte. Je sais que vous n'avez pris aucun plaisir lorsque votre côté succube s'est offert à moi, et j'aimerais réparer cette injustice. S'il vous a fallu cent ans pour trouver un autre mâle digne de vous, lorsque je serai parti, vous n'aurez probablement plus de sitôt l'occasion de ressentir un orgasme... Un véritable orgasme, je veux dire. Et si, au cours des siècles passés, vous avez déjà eu l'occasion de coucher avec un homme qui a passé toute sa vie au Temple d'Aphrodite, j'imagine que vous savez à quel point nous sommes des amants doués... Réfléchissez à mon offre, Athénae. Il ne tient qu'à vous de redécouvrir un intense plaisir sexuel partagé, tout comme il ne tient qu'à vous de laisser filer votre chance et de passer un autre siècle à vous morfondre dans la solitude.

Je me tus, laissant ainsi l'artisanne réfléchir à ma proposition. De tout mon coeur, j'espérais qu'elle ne me prendrait pas pour un pervers insatiable, j'espérais vraiment qu'elle ne se ferait pas cette opinion de moi. Mais un siècle d'abstinence, par tous les dieux de l'Olympe ! Plus j'y réfléchissais, plus je me disais qu'il y avait de chances pour qu'elle accepte... N'importe quelle femme accepterait, et encore plus si elle sait qu'elle a affaire à un homme qui sait s'y prendre. Athénae releva la tête, me regardant dans les yeux, et je sentis ma gorge se serrer tandis que j'attendais sa réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Lun 24 Mai 2010 - 12:59

Athénae laissa le loup finir sa longue tirade qui ressemblait plutôt a une parade amoureuse, elle était ennuyer de se discours assez enflammé mais qui ne lui convenait pas, elle devait remettre les chose au points et lui dit un simple mot comme première réponse.

"non"

Athénae laissa un blanc et au moment ou le loup voulu reprendre la parole elle le stoppa d'un mouvement de main, elle allait lui dire ces raison.

"mon cher Lukos tu est certes un bon amant mais croit tu vraiment que c'est ce que je rechercher chez un homme?
ce que je recherche c'est une aura capable de m'apaiser, oui ces vrai sa fait cent ans que je n'est pas fait l'amour a un homme mais cela s'explique en partie par le fait que j'ai punit ma moitié sombre de m'avoir fait perdre l'homme qui a réussit a me faire oublier mon traumatisme mais aujourd'hui, je comprend ses raisons , ne plus avoir peur de faire l'amour, faire l'amour comme bon me semble avec le premier venue entrainerai sa mise a mort immédiate, n'ayant aucune raison de vivre l'autre moi disparaitrez sans autre forme de procès et alors qu'es qu'il se passera d'après toi quand tu sera partie? je me retrouverai seul sans personne même mon côté sombre aura disparut et la moi actuelle aura aussi disparut pour redevenir la femme que j'étais au commencement de cette île.


Athénae soupira et alla vers son armoire pour mettre une tunique, elle espérai que le loup l'avait comprise car sinon elle c'était mise d'accord pour montré a ce loup ma véritable elle, celle qu'elle était il y a 2000 ans.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Lun 24 Mai 2010 - 20:40

La forgeronne sembla agacée par mon discours... Lorsque j'eus terminé, elle répondit à mon offre d'un simple et glacial "non" avant d'enchaîner, sans me laisser le temps de dire quoi que ce soit, par l'explication de son refus de s'offrir à moi en dépit du plaisir intense que j'aurais pu lui procurer. Lorsqu'elle eut terminé, elle se tourna vers sa garde-robe, me laissant là avec mes réflexions. Une telle froideur avait tué dans l'oeuf le début d'érection que la perspective d'un rapport plus passioné avec cette femme sublime avait fait naître sur mon bas-ventre.

*Ben merde alors, ça sera bien la première fois !* pensai-je, dépité.

La première fois, oui... La première fois qu'une femme reste ainsi de marbre à mes avances. Toutes les autres avaient eu une réaction, en bien ou en mal. Mais elle, on aurait dit clairement qu'elle s'en foutait. Et, sans sa longue explication, j'aurais clairement pris ça pour l'impertinence sadique d'une femme face à un mâle brûlant de désir pour elle. Mais maintenant, je comprenais mieux les raisons de sa solitude forcée.

- Je vous plains, Athénae... Je vous plains, mais je vous comprends. Je regrette de n'avoir pas pu partager votre couche avec, en face de moi, l'artisanne paisible que vous êtes et j'aurais donné cher pour avoir la chance de me trouver à la place de ce gladiateur à qui vous avez fait honneur il y a cent ans. Mais je ne comprends pas pourquoi faire l'amour sonnerait le glas de votre face obscure. Certes, elle représente votre part de vice et est en quelque sorte la personnification de votre lubricité refoulée... Mais n'est-elle pas également l'incarnation de votre pugnacité ? Si vous l'avez laissé prendre le dessus lorsque nous avons dû nous battre, c'est que vous ne deviez pas être certaine de pouvoir me tenir tête. Je ne prétends pas pouvoir affirmer des choses sur vous alors que je vous connaît à peine... Mais j'ai la conviction que votre part de ténèbre joue en vous un rôle bien plus important que celui que vous lui trouvez. Elle ne se résume pas à vos pulsions sexuelles, elle est aussi ce qui vous permet de rester forte en toutes circonstances, elle est ce qui vous permet de tenir tête à n'importe quel adversaire... Même à un Gardien bien entraîné qui doit peser au bas mot quatre vingt-dix kilos de plus que vous. Elle est trop importante, trop puissante, selon moi, pour qu'une simple coucherie la fasse disparaître comme une ombre à la nuit tombée... Mais comme je l'ai dit, je ne vous connais pas. Et peut-être que je me trompe... Après tout, comment l'idiot que je suis pourrait-il prétendre détenir la vérité ?

Je me tus. De toute manière, j'imagine qu'il était inutile d'insister. Je ramassai ma toge et la nouai simplement autour de ma taille, comme un pagne, la chaleur qui régnait dehors étant sans doute maintenant trop importante pour que je rajoute une épaisseur de tissu à ma fourrure. J'accrochai ce pagne avec ma broche et je nouai mon ceinturon autour. Le poids de mon kopis me semblait maintenant bien insignifiant comparé à ce qu'il pesait avant. Bien que pour un homme aussi fort que moi, une telle différence ne représentait pas grand-chose...
Je levai les yeux. Athénae me faisait face, les bras croisés. Elle avait revêtu une robe dorée semblable à celle qu'elle portait la première fois que je l'ai vue. Et, tout comme la première fois que je l'ai vue, je dus faire un gros effort de volonté pour me retenir de bander devant son corps sublime aux courbes mises en valeur par ce merveilleux vêtement. Poussant un soupir de regret, j'allai vers l'artisanne. Lui dire au revoir poliment était la moindre des choses compte tenu de tout ce qu'elle avait déjà fait pour moi.

- Navré de n'avoir pas pu vous satisfaire, vous. Et pardonnez-moi si ce que j'ai fait avec votre seconde facette vous a rappelé de mauvais souvenirs..., dis-je à la forgeronne aux yeux d'or en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Lun 24 Mai 2010 - 23:49

Athénae regarda la mains tendu et soupira de la bêtise du loup.

"tu devrai apprendre a te taire avant de racontait des bêtises aussi grosse que toi, tu me considère comme la "véritable" Athénae sauf que tu a tout faux sur tout la ligne, ma part sombre n'est pas la pour me permettre de rester forte en toute circonstance mais elle est ma force, la paisible forgeronne que je suis est incapable de ce battre, et pour ton information, si je couché avec le premier venue, ma part sombre n'aurai aucun raison de vivre car nous redeviendrons la femme qu'ont n'était avant notre viole il y a plus de 1600 ans, et redevenir entière ne nous intéresse pas, si tu veut mieux comprendre prend un drachme et considère moi comme la face de cette pièce et ma part sombre comme le côté pile mais si tu écrase cette pièce cela donne un morceau de minerai entier, les deux partie aurai disparut pour donner naissance a une troisième personne.

Quand elle eu finit sa longue tirade Athénae déploya de nouveau ses ailes, l'aura sombre réapparut mais cette fois les yeux de la forgeronne n'était n'y rouge, n'y or mais chaque œil avait l'une ou l'autre des couleurs, les deux Athénae avait fusionner pour donner faire apparaitre la véritable forgeronne sous les yeux de Lukos cette transformation en pouvait duré que 10 minute sans tuer l'une ou l'autre des personnalité de cette femme.

"je me présente je suis la véritable Athénae, mon cher petit loup ce que tu voit est une chose que personne n'a vue depuis deux mille ans alors je t'ordonnerai de te taire sur ce fait car je ne me contenterai pas de te tranchait la langue mais ta tête fera aussi partie du voyage si tu parle la "paisible" forgeronne restera paisible mais a ce que j'ai comme souvenir tu était attiré par la vertu et la gentillesse de cette sotte qui était ma partie pur."
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Mar 25 Mai 2010 - 17:44

Une nouvelle fois, la forgeronne me répondit par une expression exaspérée suivie d'une longue tirade visant à m'expliquer à quel point j'étais à côté de la plaque. Lorsqu'elle se tut, je me rendis compte que je n'avais pas bougé... J'étais toujours planté devant elle, ma main tendue attendant la sienne qui ne viendrait pas. Lentement, je baissai le bras en refermant le poing et mes phalanges émirent un léger craquement... Je n'étais pas vraiment énervé, mais la façon froide -quoique compréhensible- et hautaine qu'avait l'artisanne de me renvoyer mes sottises en pleine face avait tendance à me frustrer, voire à m'agacer. Mais avant que je n'aie eu le temps de lui dire au revoir pour de bon, une aura noire m'aveugla et les ailes de chauve-souris d'Athénae ressurgirent de son dos, étendant de part et d'autre de la forgeronne leur inquiétante envergure. Athénae rouvrit les yeux et je pus constater que le gauche était resté doré alors que le droit avait viré au rouge. Constatant cela, une grand inquiétude m'envahit... Pas pour moi, mais pour elle. J'avais déjà lu, dans la grande bibliothèque d'Aros où je m'étais rendu il y a quelques temps, un ouvrage au sujet des créatures mythologiques. Un chapitre était dédié aux hybrides d'humaines et de succubes. Et une des choses que j'ai lues au sujet de ce genre d'alternation simultanée des deux personnalités pour donner à la succube son visage d'origine me revenait en ce moment en mémoire... Et cela ne me plaisait vraiment, mais alors vraiment pas du tout...

- Je me présente, je suis la véritable Athénae, mon cher petit loup. Ce que tu vois est une chose que personne n'a vue depuis deux mille ans, alors, je t'ordonnerai de te taire sur ce fait car je ne me contenterais pas de te trancher la langue, mais ta tête fera aussi partie du voyage si jamais tu parles. La "paisible" forgeronne restera paisible mais, à ce que j'ai comme souvenir, tu étais attiré par la vertu et la gentillesse de cette sotte qui était ma partie pure !

Je me mordis la lèvre... Instinctivement, j'avais porté la main à mon kopis car j'avais entendu moultes légendes au sujet de la puissance mystique des Succubes, mais je renonçai à dégainer. Cela ne servirait à rien... Elle serait bien plus rapide que moi et je serais mort avant même d'avoir touché le sol. Je croisai donc les bras et, oubliant mon étonnement, je repris la parole.

- Je suis certes lent à la détente dans certains cas, mais mettre votre santé en danger dans le seul but de me montrer mon erreur n'est guère plus malin. Je ne connais pas grand-chose aux succubes, mais j'en sais suffisamment pour savoir ce qu'il vous arrivera si vous n'avez pas retrouvé l'une ou l'autre de vos facettes d'ici dix à quinze minutes. Pour ce qui est du reste... Je vous l'ai déjà dit, je n'ai aucune raison de vous trahir car vous n'avez jamais rien fait qui puisse me nuire... Je vous suis au contraire reconnaissant de ce que vous m'avez offert. Quant à ce qui m'a attiré chez vous de prime abord... Je ne vous le cacherai pas, ce n'était ni la pureté et la vertu de votre facette calme, mais bel et bien votre corps sublime. Même s'il est vrai que j'appréciais son calme et sa gentillesse, et que j'aurais aimé retrouver ces qualités lorsque vous étiez sous moi, dis-je en tentant de garder un ton neutre.

Ces mots prononcés, je m'approchai d'Athénae, qui recula légèrement comme si elle s'attendait à ce que je l'attaque. Je posai mes mains sur ses épaules et je fixai mon regard doré dans ses yeux hétérochromes*.

- Je vais maintenant partir, mais avant, faites-moi un dernier plaisir et reprenez vite l'une de vos deux formes ordinaires, peu importe laquelle. Je n'ai pas envie que, oubliant la notion du temps, vous dépassiez les dix minutes et que l'une ou l'autre de ces facettes meure juste en face de moi ! dis-je d'une voix dans laquelle on pouvait clairement déceler l'inquiétude que j'avais de voir mourir l'un des visages de la Succube.

____________________
* HÉTÉROCHROMIE : colorisation asymétrique des yeux. Une personne ou un animal est dit hétérochrome lorsque ses deux yeux n'ont pas la même couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Mer 2 Juin 2010 - 15:23

"tu m'insulte loup, je ne suis pas mi-humaine comment peut tu croire cela, je n'est aucune affinité avec ces humain faible et pathétique, il en est de même pour toi, si on avait été 2000 ans plus tôt j'amais je n'aurai poser les yeux sur toi a par pour ton membre, et encore, alors maintenant va, et ne revient que si tu a du travaille pour cette idiote qui me sert de double pur.

Athénae s'allongea sur le lit et reprit la douce aura de la forgeronne pour satisfaire la demande du loup mais pas plus, son vrai soit avez parler, il devait partir sans plus attendre, elle était las et voulait dormir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Messages : 53
Date d'inscription : 18/04/2010

MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   Lun 7 Juin 2010 - 15:58

Je poussai un soupir irrité en entendant la réplique désagréable de la succube et l'air fila entre mes dents en émettant un sifflement aigu. Cette femme m'énervait... Je n'avais à ce jour pas souvent eu l'occasion de saillir beaucoup de créatures comme elle mais, de toutes celles avec qui j'avais couché jusqu'à présent, nul doute que la forgeronne (du moins, sa face sombre) était celle que je trouvais la plus énervante et la plus hautaine.

- Vous savez quoi, Athénae ? A bien y réfléchir, ça ne me surprend guère que vous n'ayez plus eu l'occasion de coucher avec un homme pendant un siècle avant que je n'arrive... Même sans cette épreuve destinée à évaluer la vaillance de votre partenaire potentiel, je suis certain que le sale caractère et le manque de tact de votre facette sombre auraient amplement suffi à faire fuir n'importe quel mâle avant même que vous ne soyez passés à l'acte. Et ça ne m'étonnerait pas que je meurre de vieillesse avant que vous n'ayez à nouveau l'occasion de partager votre couche avec un homme, dis-je sèchement à l'artisanne qui venait de s'allonger. Elle semblait sur le point de répondre, mais je lui fis un signe de la main pour lui demander de se taire.

- Inutile de répliquer, j'en ai assez de vos tirades méprisantes. Je m'en vais, rien ne me retient plus ici.

Je me dirigeai vers la porte de la chambre sans me retourner, je l'ouvris à la volée et, au moment de partir, je sortis mon kopis de son fourreau afin de l'admirer.

- Ceci dit, je vous remercie pour le travail d'orfèvre que vous avez accompli. Je ne manquerai pas de faire honneur à votre ouvrage lors de la prochaine attaque du temple, dis-je d'un ton plus calme avant de sortir.

Je fermai la porte derrière moi et, après m'être éloigné de quelques pas, un grognement sourd vibra dans le bas de ma gorge et, brutalement, je sentis ma colère remonter. Cette succube était vraiment la créature la plus méprisante que j'aie rencontré, jamais personne n'avait auparavant osé me parler comme elle l'avait fait. J'avais incroyablement envie de coucher avec l'artisanne aux yeux d'or, mais en même temps, j'avais tout autant envie de coller une bonne paire de baffes à son double aux yeux rouge. Je sortis de la cour intérieure de la forge d'un pas rageur et nul doute que je devais faire peur à voir car, lorsqu'il m'aperçut, l'esclave d'Athénae s'écarta prestement de deux mètres en me jetant un regard terrifié.

- Arrête de me fixer comme ça ou je sens que mon pied va emménager dans ton cul ! lui lançai-je d'une voix pleine de hargne en le dépassant.

Je franchis les quelques rues qui me séparaient de l'auberge où je logeais et je demandai les clés de ma chambre au gérant.

- Houlà... Vot' copine vous a posé un lapin, qu'vous tirez cette tronche ? me demanda l'aubergiste sur le ton de la plaisanterie, sans pour autant réussir à dissimuler son angoisse.
- En quelque sorte... Mais c'est pas vos affaires, répliquai-je en lui arranchant des mains la clé de ma chambre.

Je gravis les escaliers quatre à quatre, je fis tourner deux fois la clé dans la serrure de ma porte, et je m'engouffrai à l'intérieur avant de claquer l'huis derrière moi. J'ôtai mon ceinturon d'un geste impatient et ma toge, que je portais comme un pagne, tomba sur le sol. Ainsi nu, je me dirigeai vers la fenêtre et je regardai en direction de la forge, dont le toit était visible de là où j'étais. Fermant les yeux, je respirai profondément et je me remis à penser à la forgeronne... A la facette positive d'Athénae, j'entends. Cela eut sur moi un effet appaisant et j'oubliai ma colère. Ah, comme j'aurais préféré coucher avec elle, au lieu de me faire utiliser par sa deuxième facette qui me traita littéralement comme un chien, si je puis me permettre l'expression. L'image du corps sublime de la forgeronne me revint en tête... Je la revis nue, de dos, lorsqu'elle venait de faire glisser le long de son corps son long manteau doré avant de retourner dans son atelier le premier jour où je l'ai vue. Je me mis alors à imaginer ce qu'aurait pu être ce coït si c'était avec elle, avec la paisible artisanne, que je l'avais partagé. Je m'imaginai m'agenouillant devant elle pour lui procurer un cunnilingus et, au même moment, je me demandai ce qu'aurait pensé la face obscure d'Athénae si elle avait su que ma langue mesure vingt centimètres... Ca la ferait certainement bien enrager de savoir ça maintenant que je suis parti ! Cette perspective me fit sourire et je poursuivis ma rêverie. Reculant jusqu'à mon lit, je m'allongeai sous la mince couverture grise et j'empoignai mon sexe redevenu dur. Tout en m'imaginant pénétrer l'étroite intimité de la forgeronne, je fis aller ma main de bas en haut sur ma verge, de plus en plus vite tout en poussant des gémissements de plaisir... Je ressortis ma main de sous la couette pour attraper mon sexe à travers le fin drap qui me couvrait, afin de mieux avoir l'impression de pénétrer quelque chose. Et là, le résultat ne se fit plus attendre... Alors que j'imaginais ma verge massive disparaître à l'intérieur du bas-ventre virginal de la forgeronne, je poussai un râle bruyant et, cabrant mon corps, je jouis, mon sperme jaillissant de mon sexe avec une telle force qu'il s'insinua à travers les mailles du tissu du drap, passant au travers, le souillant d'en-dessus et d'au-dessus. Un sourire de satisfaction sur le visage, j'attendis de m'être bien vidé et puis, je roulai ma couverture en boule et je l'envoyai à l'autre bout de la pièce... Cadeau pour la femme de ménage et de toute façon, il faisait bien trop chaud pour dormir là-dessous. Allongé sur le dos, je croisai les bras derrière la tête et j'entrepris de dormir. J'étais moi-même passablement fatigué et puis de toute façon, il était inutile que je reste éveillé plus longtemps.

*Vivement que je retourne au Temple, pensai-je, ça me fera du bien de retrouver des partenaires respectueuses, même si elles sont moins... "Profondes" que cette Succube*.

Une raffraîchissante brise d'Été souffla à travers ma fenêtre et vint me caresser le poil. Un léger sourire étira mes lèvres et, paisiblement, je me laissai tomber dans les bras de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'épée brisée [PV : Athénae/Lukos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 2ème entrainement de Nuage Brisé [PV Ombre du Crépuscule]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé
» Mieux comprendre le manga à Athée sur Cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eviala :: Corbeille :: A la benne ! :: Rp's-
Sauter vers: