Nous vous annonçons officiellement, la ré-ouverture d'Eviala !

N'hésitez pas à vous inscrire ou refaire une fiche de présentation.
Pleins de personnages sont disponibles et un nouveau contexte est mit en place.
N'hésitez pas à allez le lire.

Partagez | 
 

 Le conseil de guerre [PV - Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Mer 6 Oct 2010 - 17:33

Évidemment, le roi allait écouter son conseiller de guerre. À quoi pensait-il donc ? Régler le problème ? Le conseiller de guerre lui même était conseillé par Arès lui-même. Et bien sûr, éviter une guerre serait impossible. L'idée de devoir intervenir ne plaisait pas à la déesse. Elle aurait préféré éviter cette guerre, faire en sorte que la paix soit mais il semble que le trio masculin en avait décidé tout autrement. Aussi, plutôt que de s'entêter à tenter de distraire le roi, avait-elle étét directement à la source de tout ce manège. Arès. Elle lui avait envoyé un message par Hermès, lui demandant de se rendre immédiatement au salon pour lui exprimer le fond de sa pensée.

Hélas, effectivement la déesse de l'amour pouvait être extrêmement agressive lorsqu'il était question de protéger les gens. Pourquoi ? Simple. C'était elle qui après toutes ces conneries devait réparer les pots cassés, aider les couples à se reformer et tout et tout... Si vous croyez que c'est un job à temps partiel que d'être une déesse, détrompez-vous. C'est bien plus que vous ne pourriez le croire... Et cet imbécile d'Arès qui voulait tout détruire... Il avait intérêt à avoir des arguments sérieux à tout ça s'il ne voulait pas se retrouvé avec le postérieur grillé. Bon, c'est vrai que le feu était son élément mais tout de même. Une déesse pouvait bien rêver... non ? Et si vous me répondez non eh bien je vous emmerde ! Ouais...

Alors donc elle l'attendait... extrêmement nerveuse avec l'envie presque irrésistible de le tuer. Hadès serait sûrement content. Une âme de divinité ça devait bien valoir plus cher que toutes les âmes mortelles qu'Arès pouvait lui apporter mais le problème c'est qu'Arès et Hadès étaient en parfait accord commercial. Effectivement... Ces deux là agissaient de pairs et c'était plutôt difficile de les emmener à rompre leur accord. Elle commencerait donc par parler à Arès... voir si une entente pouvait être faite et ensuite, peut-être, irrait-elle voir Hadès...


♥ Merde.. mais qu'est-ce qu'il fait ? Il croit que je n'ai que ça à faire attendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 13:33

Apparu sous la forme d’un simple présage, Arès avait conseillé les prêtres de sa personne, leur donnant pour ordre d’annoncer que deux cités rivales devaient s’affronter pour régler leurs litiges. Rapidement, tous furent d’accord, et la guerre allait débuter. Arès pouvait donc se pavaner fièrement dans l’Olympe. Victorieux, il scrutait du haut de son nuage les débats entre hommes, s’amusait des adieux que faisaient les hommes à leur femme, se régalait de la peur qui envahissait chacun des hoplites. C’était si agréable…

Certain d’avoir réussit son coup, il reprit sa forme humaine, venant sur terre sur laquelle il apparaît dans une flamme géante. Son sourire vient étirer ses traits, et le voila qui va et vient dans le palais, en arme, pour changer, parce que Monsieur souhaitait participer à la bataille, se rangeant du coté du plus faible, juste pour avoir plus d’adversaire à occire Hadès serait ravi des âmes qu’il lui offrirait tiens. Bientôt, Charon aurait une tâche bien ardue, celle de guider prés d’un millier d’âmes…

Mais voila, peut avant de partir pour le front, le Dieu de la guerre fut attirer par une voix, quelqu’un qui le hèle, ce bon vieux Hermès qui lui apporte une missive avant de disparaître… Aphrodite tenait à le voir, étrange… et ça contrarie un brin ses plans pour la journée… il soupire, ronchonne, et fait reporter la bataille, en apparaissant lui-même devant les seigneurs de guerre rivaux, afin de leur ordonner d’attendre son approbation pour cette guerre.

Il repart alors, sur le lieu de la rencontre, apparaissant devant la Déesse dans cette flamme qui le caractérise si bien. Il soupire simplement, et s’avance vers elle, n’abandonnant pas son accoutrement militaire. Un casque Corinthien, à cimier, composé de crin de Pégase. Une cuirasse, sa jupe de cuir, et ses jambières, ainsi qu’un bouclier rond. Tous d’un noir de jais, s’alliant à merveille avec la couleur de ses cheveux.

- Aphrodite… bien étrange que tu me fasses venir à toi.

Il laisse retomber le bouclier à ses pieds, l’appuyant au sol, ainsi que sur sa cuisse.

- Bien étrange aussi, que ça tombe juste au moment ou je m’apprêtais à passer par le fil de mon glaive, une paire de gorge…

Il laisse à présent tomber sa lance, et retire son casque lentement.

- Et plus étrange encore, juste avant une guerre… vas-tu œuvrer contre mes desseins, ma belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 15:32

Bien naturellement, il ne pouvait pas se contenter d'apparaître tout simplement. Il devait faire dans le théâtral MONSIEUR hein ? Non mais elle était frustrée là. Pour elle c'était simple. Faites l'amour, pas la guerre... Et là cet idiot allait provoquer la guerre !!!

♥ Mais qu'est-ce qui te prend ?! C'est quoi cette idée de provoquer une guerre sans me prévenir ?! J'ai horreur de ça tu le sais bien !

Bon... C'était évident, ce n'était pas la meilleure introduction qu'elle pouvait avoir vis à vis d'Arès mais dès qu'elle avait vu son sourire moqueur et son visage arrogant empreint de fierté, elle n'avait pas pû résister à l'envie de lui reprocher. Aphrodite, dans toute sa splendeur, eh bien oui, c'est une déesse bon... Donc je disais... Aphrodite... dans sa splendeur... avait envie de le tuer. Le seul problème, c'est qu'elle est la déesse de l'amour et de la sensualité. Elle s'approcha tout de même de lui avec l'envie de l'étouffer. Elle passa ses mains autour du cou de ce dernier dans le but de l'étrangler. Bien évidemment, déesse de l'amour & de la sensualité oblige, elle n'était pas de taille et c'était évident. Elle n'était pas du genre à se battre et sa tentative d'étranglement ressemblait d'avantage à une caresse sensuelle, ce qui la frustra d'avantage.

♥ Pourquoi ?! Pourquoi est-ce que je ne peux pas te tuer ?! Tout serait si simple si tu n'étais pas là... Je n'aurais pas à me soucier de ces pauvres malheureux qui perdront leur amant, leurs époux, leurs amis.

Les mains de la déesse glissèrent du cou du seigneur de la guerre jusqu'à ses épaules. Bien sûr, que serait-elle sans sa sensualité légendaire ? Bon... pour tout dire, à peine l'avait elle approché qu'elle avait déjà envie de le baiser mais c'était typiquement d'elle. Qui pourrait trouver charmant ce regard quasi infernal, promettant des nuits chaudes à n'en plus firir, un stratège né, un être sans pitiée aucune ? Qui pourrait adorer ces cheveux noirs comme l'ébène aussi lisses et doux que la soie la plus pure ? Qui pourrait admirer ce corps inspirant la force brute, la violence et la douleur ? La déesse caressa une mèche des cheveux ébènes de celui qu'elle avait demandé, maudissant le désir qu'il lui inspirait déjà, de par sa seule présence. Elle secoua la tête, tenta de chasser de ses pensées les images qui lui venaient à l'esprit mais ce faisant, elle était en guerre contre sa nature même. Elle déglutit, prit une grande inspiration et plongea son regard émeraude dans celui d'Arès mais ne parvint à soutenir son regard tant elle sentait le désir s'emparer d'elle.

♥ Tu peux être certain que je vais m'opposer à cette guerre Arès ! Non mais tu t'attends à quoi ?! Au moment même où on se parle, les femmes des guerriers sont en train de tenter de convaincre leurs époux que cette guerre est inutile. Merde mais qu'est-ce que tu crois ?!

Elle se sentait rager intérieurement.

♥ Tu as le don de me faire rager... et le pire dans tout ça...

Elle s'interrompit, secouant la tête pour chasser de nouveau ces images d'une extrême sensualité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 15:52

D’abord froid et distant, le dieu de la guerre ne pu empêcher son visage de se figer dans une grimace empreinte d’une arrogance sans borne, provocant jusqu’au bout des ongles, piquant de malice, presque vicieux en réalité, il n’attendait qu’une chose, une occasion pour contre attaquer. Comme il le pensait, elle était ici, et lui avait demandé de venir, uniquement dans le but de lui faire part de son désaccord pour cette guerre… comme s’il s’en souciait hein.

Il roule les yeux vers le plafond, et se permet un lourd soupire d’abord, lui laissant toujours la parole, il mime ensuite l’ennui, et tout simplement, un étourdissement, comme quelqu’un qui vient de se réveiller, des provocations, c’est précisément ce qui amène à la guerre, la provocation. Un rire s’évade bientôt de sa gorge qu’elle étreint.

- Tu ne peux me tuer parce que ton corps n’est crée que pour l’amour ma chère, je suis le mal, la guerre, la destruction, tu ne peux m’avoir en usant de mon propre pouvoir sur moi.

Il se mordille alors la pointe de la langue, moqueur toujours, mais surpris par un effet de chaleur qui s’imprègne en lui, et tiraille ses tripes. Il se redresse un peu, perdant un brin d’assurance, alors qu’elle jouait avec une grâce impressionnante et lui faisait, par de simples caresses, imaginer les scénarios de débauche les plus enfiévré .

- Ma belle, si tu empêches cette guerre, tu sais ce qui va se passer ?


Il rit un peu, reprenant du poil de la bête. D’un geste bref de la jambe, il envoie son bouclier rouler un peu plus loin, et fait quelques pas dans la pièce, narrant alors sa vision des choses en faisant les cents pas, comme un animal en cage.

- D’abord, c’est la routine qui va s’installer, dans les deux cités. Les femmes resterons presque frigide, les maris se frusterons. La guerre, elle oblige le peuple à copuler pour que la démographie ne chute pas.

Il se tourne vers elle, et revient à la charge, cette fois, c’est lui qui agit, aussi se glisse-t-il dans son dos, soufflant de sa voix la plus suave d’autres paroles.

- Là guerre va éloigner hommes et femmes… et lorsqu’ils se retrouveront, sais-tu ce qui se passera ? L’acte charnelle le plus divin qui soit, des pluies d’orgasmes, des dizaines de couples qui se retrouvent et passe la nuit à laisser exploser leur soulagement, et tu sais à quel point ça peut être appréciable.

Ses lèvres viennent traîner prés de la gorge de la Déesse.

- Mais pardonne mon arrogance, tu avais un caprice à terminer ma belle, alors dis moi, j’ai le don de te faire rager, mais le pire, c’est ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 16:30

La déesse soupira. Pourquoi est-ce que cet idiot devait avoir raison ? Pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait pas se passer de lui ? Non seulement il la faisait rager mais en plus, de par sa seule présence, elle entrait presque instantanément en guerre contre elle-même ! Le comble quand on veut arrêter la guerre, c'est quand on est en guerre contre sa propre nature ! Là, elle avait toutes sortes d'idées qui lui passaient par la tête. L'atmosphère se réchauffait et pas que dans la rage. Déjà elle voyait se profiler une chaleureuse harmonie corporelle, une danse lascive entre leurs deux corps où l'énergie passerait merveilleusement bien.

Non mais vous n'imaginez tout de même pas que je vais laisser cet espèce d'ingrat la faire céder aussi facilement hein ? Euh... Ne tentez pas de me faire changer d'avis immédiatement. Elle est en guerre contre sa nature en ce moment, ne l'oubliez pas ! Enfin, moi je n'oublie pas. Bref, il y avait bien une raison pour laquelle elle n'arrivait pas à le liquider, c'était bien qu'elle ne pouvait pas se passer de lui et ... naturellement... comme s'il n'avait rien d'autre à faire que de la provoquer... il lui rappelait justement à quel point il était nécessaire à son existance. Elle s'apprêtait justement à envoyer une charmante réplique lorsqu'il la prit par surprise en se glissant dans son dos.

♥ Je... Je ne... Je n'arrive pas à croire que tu me fasses ça !

Et le pire dans tout ça, c'est que sa guerre intérieur continuait. Elle luttait contre elle-même pour éviter de succomber à la tentation. Le seul petit problème avec la tentation, c'est qu'y résister devient de plus en plus difficile lorsque la source est à grande proximité. Et lui était actuellement excessivement près. Vous imaginez un peu la scène ? La déesse de l'amour et de la sensualité qui se laisse séduire par le dieu de la guerre ? Trouvez l'erreur... Alors que les lèvres de ce dernier laissent s'échapper une douce chaleur qui vient aviver le désir de la belle, elle sent sa propre volonté d'opposition s'affaiblir graduellement.

♥ Ce n'était pas un caprice ! Oh et puis tu m'énerve à la fin !

Dans sa tenue noire en cuir, une façon d'exprimer sa colère, la déesse avait beaucoup de mal à ne pas songer à ce que ce serait si elle le laissait faire. Les seuls mots du dieu de la guerre avaient suffi à provoquer l'imagination de la dame qui déjà voyait les amants en plein ébats.

♥ Le pire c'est que...

Elle abaissa le regard un peu honteuse, le visage rougissant...

♥ Tu as raison...

Elle se retourna soudainement pour lui faire face, fronçant les sourcils, le regard plein de colère et le poussa avec une violence qui ne lui était pas connue.

♥ N'en prends pas une habitude sinon je t'arrache la tête !!! Compris ?!?!?

Elle le poussa une nouvelle fois et réalisa que ce n'était pas dans ses habitudes d'agir ainsi. Elle détourna le regard, confuse et se frotta le visage.

♥ Tu me rend folle...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 17:24

Simplement amusé, le Dieu se contenta de laisser les choses évoluer, donnant de nouveau les rennes à la Déesse qui devait répondre devant les arguments qu’il venait de lui susurrer. Le plus longtemps possible, il se permet de rester très proche d’elle, lorgnant vers ses formes et laissant son imagination le conduire dans une tornade d’image toutes plus exaltante et excitante les unes que les autres. Malgré ça, il garde son sérieux et ne fait qu’imaginer. Capturant les effluves forts agréables qui émanait d’elle, il se laisse bercer par l’aura de la divinité, se régalant de cette envieuse chaleur qui le captive et le pousse vers la débauche.

C’est amusant, lui n’a guère envie de résister alors qu’elle se fait violence pour y parvenir, les rôles semblent inverser en fait, et étrangement, Arès y prend coup, aussi reste-t-il si proche, son bassin presque collé à au fessier de la Déesse. Il rigole un peu, ravi qu’elle trouve ses arguments suffisant, bien, l’affaire est donc close? Bien sûr que non, elle lui a volé un temps précieux maintenant, c’était trop tard, à quoi ressemblerait le dieu de la guère s’il changeait d’avis toute les deux minutes, non, il attendrait un peu, ferrait céder Aphrodite, et seulement, il irait en guerre.

- Ma belle, j’ai toujours raison, dois-je te le rappeler, encore ?

Il sourit légèrement et ricane même, chose qu’il ne fait plus lorsqu’elle montre une facette d’elle qu’il n’avait encore jamais vu. Surpris, il se retrouve à deux bons mètres plus loin, dos contre le mur, les yeux grands ouverts,. D’abord, il cligne des yeux à plusieurs reprises, mais se permet de rire un peu au final, la pointant du doigt.

- Aphrodite, Déesse de l’amour et de la beauté, qui, prise d’envie adopte les manières de celui qu’elle envie ?


Oui, il n’y allait pas par quatre chemin sur la prétention, s’avérant même très doué à ce jeu là. Il se passe rapidement la main dans les cheveux, remettant de l’ordre dans sa chevelure de Jais et s’approche d’un pas presque prédateur.

- Tu joues sur mon terrain aussi, ma belle, et mieux encore, tu as su éveiller quelque chose.


Il s’arrête finalement, se parant d’une moue pensive, l’index sur les lèvres qu’il tapote doucement.

- Notons aussi que tu m’as agressé, interrompu alors que j’allais vanter mes prouesse, et pire encore, tu me retiens avant d’aller à la guerre…


Il affiche un léger sourire, laisse ses bras retomber le long de son corps, et s’approche de nouveau d’elle, sans la moindre once de lenteur, il tourne autour d’elle, sa main frôlant d’abord les mèches de la divinité.

- Folle dis-tu ? J’ai une idée Aphrodite…

Sa main virevolte encore, alors qu’il tourne toujours autour d’elle.

- Tu retiens une envie farouche… et j’ai du temps à tuer maintenant… aussi, je pense qu’il est judicieux de laisser les chaînes de ton envie se briser… et qui de mieux que moi, pour déchaîner la bête qui sommeil en toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 18:58

La déesse de l'amour et de la beauté qui adopte les manières de celui qu'elle envie ? Non mais qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre hein ? Et puis quoi après elle va prendre son épée et la lui enfoncer dans le corps ? Non mais il rêve s'il croit qu'elle va aller jusqu'à ce point là... et il rêve encore plus s'il croit qu'elle va finir par aller à la guerre avec lui... ... non ? Enfin quoi ! Elle est la déesse de l'amour, pas de la guerre. Elle est faite pour être jolie, aimable, souriante et agir comme une vrai salope. Eh bah oui ! Et ne venez pas vous en plaindre !

Bon... Elle savait qu'il avait raison, mais QUE pour cette fois ! Non mais... les hommes, quand on leur donne trop raison, ils en font leur devise. "J'ai toujours raison..." Ça non ! Elle lui avait avoué qu'il la rendait folle mais c'était vraiment parce qu'elle était partagée entre son désir de l'aimer et celui de le tuer... sans compter le côté hyper sexy qu'il affichait en permanence, son regard ténébreux... arrogant... Tout ça faisait partie de son irrésistible charme auquel elle se sentait succomber cette fois encore. Pourquoi est-ce que c'était toujours ce genre de mecs qui étaient aussi craquants ? Pourquoi est-ce que ça pouvait pas être un homme normal ? Ne prenez même pas la peine de répondre... Je vous donne la réponse : Les hommes normaux sont d'un ennui...

Il voulait réveiller la bête qui sommeillait en elle ? Comment allait-il s'y prendre ? Et puis quoi ? Il allait lui apprendre comment baiser ? Il allait lui apprendre comment le dominer en couchant avec lui ? Cette fois les images se faisaient de plus en plus insistantes en elle. Elle avait du mal à résister à ses envies. Elle sentait la colère dans ses propres yeux, à laquelle s'ajoutait une lueur de désir plus qu'intense déjà. Elle avait envie de le mordre... Elle avait envie de le griffer jusqu'à ce que son sang coule... Elle avait envie de le dévorer comme une panthère qui dévore sa proie. Elle dégaina l'épée qu'Arès avait dans son fourreau et la lui pointa sur la gorge.

♥ Ne penses même pas que tu vas me dominer et m'empêcher de te mettre des bâtons dans les roues Arès !

Aphrodite fait deux pas en arrière en gardant l'épée toujours rivée sur son propriétaire alors que des flammes dansent dans son regard.

♥ Retire ton armure. fit-elle sérieuse et sans sourire sur le visage.

La présence du dieu de la guerre provoquait tant d'excitation. Elle sentait le cuir frotter de plus en plus tant ses seins commençaient à durcir d'envie. Elle sentait sa tunique déjà indécente frotter contre des paroies provoquant des sensations particulièrement intéressantes. Elle savait qu'il lisait son désir comme s'il la connaissait déjà. Elle avait envie de se faire rage, pour lui... de le brûler jusqu'à son âme divine. Elle avait envie de prendre possession de lui comme s'il était son âme soeur, de sentir leur deux corps fusionner pour ne faire plus qu'un. Elle se faisait la guerre à elle-même avec l'envie carnassière de le mordre au sang, passer ensuite sa langue sur les plaies qu'elle causerait, attisant sa douleur avec sa langue, planter ses ongles longs dans sa chaire, laisser des traces de morsures dans son cou.

♥ Obéïs-moi et tout ira bien...

Elle avait envie de se faire bestiale avec lui... mais elle avait l'impression de se maîtriser d'avantage qu'elle le croyait... ou qu'elle le voulait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Sam 9 Oct 2010 - 19:34

La voir soulever son glaive et s’en servir pour le menacer lui fait arquer un sourcil, rien de plus. Le dieu de la guerre ne tremblait jamais devant une arme, et Aphrodite n’était pas du tout une guerrière, que risquait-il, lui, habitué des champs de bataille depuis des siècles ? Il incline la tête sur le coté, surpris quand même pas l’audace, il doit la saluer. Il tend doucement le doigt, et vient l’appuyer sur le bout de l’épée, s’ouvrant de ce fait le doigt qui dégouline d’un simple filet de sang.

Il porte le doigt à sa bouche, le suçotant d’un air effronté, lapant le sang jusqu’à ce qu’il ne soit plus visible. Un sourire se dessine alors sur son visage, et alors qu’il se lève. L’ordre lancé par la déesse de l’amour le fait ricaner un peu, et il doit approuver son geste, pas par crainte, juste par jeu, et par notion de courage aussi, affronter une arme avec une armure divine, c’est assez peu glorieux, autant que le glaive menace clairement sa peau.

Il laisse donc ses doigts courir sur la cuirasse, qu’il défait finalement, et laisse tomber, découvrant aux yeux de la belle son torse puissant, sa ceinture abdominal marqué, le tout luisant et appelant aux vices. Il s’avance alors d’un pas, appuyant le fil de la lame sur son ventre, n’hésitant aucunement à s’avancer un peu plus, laissant le fer s’enfoncer d’un demi centimètre dans sa chair.

- Tu sais qu’en une poignet de secondes, je peux te désarmer, et avant même que tu aies eu le temps de lever les yeux pour voir une dernière fois l’Olympe, la lame que tu tend vers moi peut être enfoncé dans ta gorge ?

Il garde son sourire, et lorgne sans s’en cacher sur le corps de la Déesse, ne semblant nullement dérangé par l’entaille qui se faisait plus large encore à mesure que les secondes passaient.

- Tu es Déesse de l’Amour, pas une guerrière.

Il claque sa langue contre son palais, et relève un peu la tête, avec une lenteur surprenante, le calme avant la tempête, à n’en pas douter. Il fronce les sourcils, lui dédie un petit clin d’œil, et du plat de sa main, vient férocement taper la lame, afin de la dévier de sa trajectoire, et ainsi pouvoir se précipiter vers Aphrodite.

Habitué, il dévoile l’étendue de ses capacités martiale, une petit clé de bras pour l’empêcher de contre attaquer, et, glissé derrière elle, il glisse son autre main sur la hanche de la belle, et la tire vers lui pour l’obliger à se cambrer.

- Une femme avec une arme, ravissant, mais je mène…

Il se penche vers l’avant, venant mordiller le lobe de son oreille, relachant totalement l’étreinte de la Déesse, lui donnant ainsi la possibilité de changer de posture, si tenté qu’elle le souhaite.

- Tu peux me frapper avec le glaive à présent… ou me laisser surelever les pants de ta tuniques afin de te posséder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité




MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   Dim 10 Oct 2010 - 18:46

Aphrodite n'était pas une guerrière, elle le savait bien mais elle n'aurait pas parié contre l'arme du dieu de la guerre lui-même qui en prenait un si grand soin. Après tout, à l'amour comme à la guerre, on apprend que notre arme est bien souvent notre plus fidel allié et ce que l'arme en question soit un objet tranchant ou non. N'est-il pas ? Allons allons... ne nous emballons pas pour une si belle allusion à ce membre si savoureux que l'on aime tant.

Le voyant se blesser au doigt la déesse ressent une mélange de crainte et de désir. Elle préfèrerait bien entendu qu'il ne se blesse pas d'avantage et la simple vue du sang lui fait tourner la tête mais d'un autre côté, le voir mettre son doigt dans sa bouche lui inspire quelque chose de sensuel.

Non mais quoi ? Vous allez me traiter de femme en chaleur ? Vous auriez bien raison remarquez... mais ce n'est pas une raison de vous en donner à coeur joie.

Elle tâcha donc de chasser cette petite pensée de sa tête mais celle-ci prenait plaisir à s'y attarder et à faire grandir d'avantage de plaisir. La vilaine oui... Non... pas la fille, la pensée. Tout de même !

Le regardant retirer sa cuirasse, elle salive presque en regardant son torse dénudé, déjà si sexy. Elle voit ses mains glisser dessus, le caresser avec une lenteur exagérée. Ses doigts aller jouer avec les petits boutons, vérifier leurs fonctions. Est-ce que ça allume si on joue avec ? Est-ce que ça éteind ? Petite allusion aux systèmes "informatisés" que les humains inventeront dans le futur mais ils n'en savent rien alors ne leur dites pas voulez-vous ? Elle déglutit presque lorsqu'il fait entrer le glaive un peu plus dans sa chaire. Il sous entend qu'il peut la désarmer facilement et planter la lame dans sa gorge mais elle ne bronche pas. Un frisson vient la surprendre. Cet homme, capable d'une telle cruauté... Le regard fixé sur lui, sa main tremble. Tenir une arme n'est définitivement pas dans ses habitudes et blesser autrui lui inspire dégoût. Elle n'ajoute pas plus de pression sur la lame, pense même à la retirer mais n'y parvient pas.

♥ Je sais...

Le voyant lever le regard, elle s'interroge sur ce qu'il regarde. Y-a-t'il des gens qui les écoutent ou les observe ? Elle regarde dans la même direction que lui mais au moment où elle voit le clein d'oeil, il est trop tard. Elle se retrouve captive, l'épée toujours à la main. La dame tenta de se libérer mais en vain, il la tenait fermement.

♥ Tu mènes hein ? fit-elle le sourire aux lèvres et le regard plein de malice.

Elle se débatit tant qu'elle pû essayant de ne pas le blesser. Trouver une manière de se libérer alors qu'on ne sait pas se battre relève d'un exploit... dont elle n'était pas capable parce qu'en plus, il n'était pas ordinaire. Essayez donc de vaincre le dieu de la guerre en duel, vous m'en donnerez des nouvelles... Le souffle court de s'être débattu, son corps s'étant échauffé pendant qu'elle se débattait, elle sentait qu'elle ne résisterait pas longtemps à ses propres pulsions. La jeune femme... non, elle n'est pas si vieille que ça... sentit qu'il lui mordillait l'oreille. Elle faillit laisser s'échapper un gémissement tant la sensation qui s'en dégageait était agréable et promettait en sensualité mais elle se retint. Il la relâcha et elle fit quelques pas en avant, massa son bras dont quelques muscles étaient tendus. Il se rendait ? Évidemment que non hein ?

♥ Ou bien... je peux cacher ton épée pour que tu ne partes pas en guerre pour au moins une semaine et peut-être que là... je te laisserai relever les pans de ma tunique et me posséder...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Le conseil de guerre [PV - Arès]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le conseil de guerre [PV - Arès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP Event] Conseil de guerre ! {Ouvert à toute la meute de l'air}
» Besoin d'aide pour mon chariot de guerre.
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Organigramme du conseil des grands maîtres.
» La dérive antidémocratique du Conseil Electoral Provisoire Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eviala :: Corbeille :: A la benne ! :: Rp's-
Sauter vers: